mardi 14 décembre 2010

Quelques pistes de réflexion pour mieux percer le mystères des trouées blanches de la série Karma...


Il y a la Bête. Héroïque. Puissante. Et au-delà de la Bête il n’y a rien. Rien. sinon Dieu Lui-même. Magnifique et pesant. Avec son oeil de glace. Rond. Statique. Démesurément profond. Fixe jusqu’à l’hypnose. Tragique regard d’oiseau. Allumé et cruel. Impénétrable de détachement. Rivé sur l’infini d’où tout arrive.

Septentrion - Louis Calaferte

La scène est en cercle. Les spectateurs proches. Les acteurs évoluent sur la piste en patins à glace. Ils sont déjà là au début de la pièce; Il n’y a donc pas de levé de rideau. Mais l’ambiance reste solonnelle comme dans une pièce de théatre. L’interprète principal dessine un corps. Il à plusieurs dialogues au cours de la pièce. Il ne dessine que rarement. Il dessine un sexe au centre de la scène. D’autres personnages arrivent. Le père passe et souffre pour le fils. Le fils est serein....

4,48 Psychosis Sarah Kane

Je ressens, en coeur, en corps et en esprit, qu’en tout acte d’amour on ne choisit pas que la part de son désir et que l’on se brave sois-même en se prétendant l’insoucieuse faculté d’exclure de cette forme l’intime essence qui, l’animant, peut seule produire cette forme et les désirs qui en émanent...Je dis que tout amoureux cherche inutilement à étouffer en lui cette arrière-pensée qui est absolue comme lui -même: savoir qu’il se pénètre , lui, d’une manière indélibile, de cette ombre de l’âme possédée quand même avec le corps...

L’Eve future Villiers de l’Isle -Adam

L’homme actuel croit qu’il faut d’abord libérer le corps, même si l’esprit doit mourir provisoirement. Mais l’esprit peut-il mourir provisoirement? En vérité si Prométhée revenait, les hommes d’aujourd’hui feraient comme les Dieux d’alors: ils le cloueraient au rocher...

L’été Albert Camus

Aucun commentaire:

Publier un commentaire